Des critères de dérives sectaires

A la suite d’une enquête effectuée en 2012 sur les dérives thérapeutiques dans le domaine de la santé, le Sénat a indiqué dans son rapport n° 480  de 2013 des critères généraux de dérive sectaire pages 239 et 240.
Liste de la commission d’enquête de 1995 de l’Assemblée nationale
– la déstabilisation mentale ;
– le caractère exorbitant des exigences financières ;
– la rupture induite avec l’environnement d’origine ;
– les atteintes à l’intégrité physique ;
– l’embrigadement des enfants ;
– le discours plus ou moins anti-social ;
– les troubles à l’ordre public ;
– l’importance des démêlés judiciaires ;
– l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels ;
– les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

neuf critères d’emprise mentale

Critères l’emprise mentale exposés par M. le Professeur Parquet
rupture avec le comportement antérieur (conduite, jugements, valeurs, sociabilité individuelle, familiales et collectives),
– occultation des repères antérieurs, rupture dans la cohérence avec la vie antérieure et remodelage de la vie (affective, cognitive, relationnelle, morale et sociale) de la personne imposé par un tiers,
-adhésion et allégeance inconditionnelle, affective, comportementale, intellectuelle, morale et sociale à une personne, un groupe ou une institution, conduisant à une délégation permanente à un modèle imposé, mise à disposition complète, progressive et extensive de sa vie à une personne ou à une institution,
-sensibilité accrue dans le temps aux idées, aux concepts, aux prescriptions,aux injonctions et ordres, à un corpus doctrinal avec éventuellement mise au service de
ceux-ci dans une démarche prosélyte,
-dépossession des compétences d’une personne avec anesthésie affective, altération du jugement, perte des repères, des valeurs et du sens critique,
-altération de la liberté de choix,
-imperméabilité aux avis, attitudes, valeurs de l’environnement avec impossibilité de se remettre en cause et de promouvoir un changement,
-induction et réalisation d’actes gravement préjudiciables à la personne, ces actes n’étant plus perçus comme dommageables ou contraires aux modes de vie et valeurs habituellement admis dans notre société.

Des  exemples constatés de dérives thérapeutiques voisines de dérives sectaires, et leurs conséquences dangereuses, sont décrits aux pages 53 et suivantes.

 

La Miviludes (Mission de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) a indiqué des faits permettant de détecter l’existence d’une dérive.

Ce contenu a été publié dans Informations pratiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.